Puceul Nature : Flore sauvage accessible facilement

Quelques fleurs sauvages des bords de fossés sur la commune de Puceul.
Commentaires, descriptions et indications thérapeutiques, toxicité complètent cette balade photographique au sein du patrimoine naturel autour du bourg de Puceul réalisée en Avril 2020.

Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!

Gaillet croisette Cruciata laevipes Famille : Rubiacées

Le Gaillet croisette est une plante herbacée vivace mesurant de 20 à 60 cm de hauteur. La tige est simple, dressée, à section carrée et hérissée de poils longs. Les feuilles sont verticillées par 4, non pétiolées, ovales, poilues sur les 2 faces et à nervures saillantes en dessous. Les fleurs, de couleur jaune et d'environ 2 mm de diamètre, sont groupées à l'aisselle des feuilles. Les pédoncules sont courts, ramifiés et poilus. Les bractées sont situées à la base des pédoncules floraux. La corolle a 4 lobes égaux. Elle n'a pas de sépales. 4 étamines libres. Le fruit est un diakène, soudés, glabre, pendant au bout d'un long pédoncule.

Les racines et les feuilles du Gaillet croisette ont des propriétés purgatives cholagogues, toniques, amers et diurétiques. Autrefois il était utilisé comme présure, d'où son synonyme Caille-lait.

Les fleurs ont une odeur de miel.

https://www.floramyno.com/ordrealphalatin_test.php?message=GAILLET%20CROISETTE&page=3

Très courant dans les sous-bois humides, le lierre terrestre s’invite spontanément au jardin. Profitez-en, sans vous laisser envahir, pour retrouver les vertus médicinales de cette vivace fort utile pour soigner les bronches et la peau.

Le lierre terrestre contient des principes actifs intéressants et qui sont facilement captés soit par l’eau (pour des infusions) soit par l’alcool (pour une teinture mère). Sous ces deux formes, le lierre terrestre soigne la plupart des affections des voies respiratoires (asthme, bronchite, grippe, rhume…). Boire 3 ou 4 tasses par jour d’infusion (1 c. à s. de lierre terrestre pour 200 ml d’eau).

https://www.plantes-et-sante.fr/articles/jardin-medicinal/1816-le-lierre-terrestre-il-ne-grimpe-pas-il-soigne

L’oenanthe safranée (Oenanthe crocata)est une plante herbacée vivace de la famille des Ombellifères, à odeur de persil, qui peut atteindre 1,5 m en été. Elle pousse dans les milieux humides, en particulier les fossés, et est très répandue dans l’Ouest de la France où elle est souvent appellée pimpin ou pensacre. Elle fleurit en juin-juillet, avec des petites fleurs blanches organisées en ombelle.

L’oenanthe possède de grandes racines renflées souterraines qui laissent exsuder un liquide jaune à la coupe (d’où le nom de safranée). Toute la plante est toxique, mais les racines le sont beaucoup plus que les tiges et les feuilles, et ce sont elles qui sont généralement à l’origine des intoxications chez les animaux.

https://www.centre-antipoison-animal.com/oenanthe-safranee.html

La Berce spondyle une de mes préférées parmi les plantes sauvages comestibles, parce que facile à repérer, abondante et délicieuse de mille façons.

Les Apiacées autrefois appelées plus joliment les Ombellifères est une famille qu’il est important de reconnaître quand on s’initie à la botanique et à la cuisine sauvage. C’est assez facile quand la plante est en fleurs car celles-ci sont toujours regroupées en ombelle, sorte de parasol plus ou moins grand et complexe. Mais à l’intérieur de la famille ça se complique. Il faut être prudent, d’autant plus qu’on y trouve des aromatiques (cerfeuil, aneth, persil, angélique…), des comestibles (carottes, fenouil, panais…) mais aussi de redoutables toxiques comme les Oenanthes et la célèbre Ciguë. C’est pour cette raison que beaucoup se méfient, à raison, de ces plantes. Avec la Berce, on peut être rassuré. Quand on l’a vue une fois (et goûtée), il est difficile de se tromper ensuite. Les plus étourdis pourraient éventuellement la confondre avec l’Angélique sylvestre ce qui serait sans danger puisque cette dernière est comestible.

La Berce est une grande plante vivace qui peut atteindre 1m50 ; elle a une grosse tige cannelée, à poils raides. Les feuilles sont composées de 3 à 7 folioles, très larges et dentés. La gaine des pétioles est très développée. Les ombelles de fleurs blanches peuvent mesurer jusqu’à 20 cm. Les fruits sont ovales et aplatis.

https://www.strada-dici.com/plante-sauvage-reconnaitre-utiliser-et-cuisiner-la-berce-spondyle-heracleum-spondyllum/

La berce est utilisée en salade, mais a également des propriétés médicinales. C'est une plante aux vertus digestives, diurétiques, emménagogues, hypotensives, stimulantes et toniques.

https://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/berce.htm

Renoncule rampante:

Les signes distinctifs qui nous permettent de reconnaître Ranunculus repens sont ses feuilles composées en trois lobes, dont le principal semblant avoir un mini pétiole (un pétiolule); et surtout, ses longs stolons (tiges rampantes) qui lui permette de se dupliquer et de s'étendre sur de grands territoires, comme le ferait un fraisier.

Ranunculus repens est toxique lorsqu'elle est fraîche, mais perd de sa dangerosité une fois coupée et séchée. Elle peut être incorporée, après fauchage, dans les foins donnés aux animaux de ferme. Elle fut parfois consommée cuite par l'homme lors de périodes de famines... On lui reconnaît des qualités analgésiques (diminution de la sensation de la douleur), mais sa toxicité réserve définitivement son usage au corps médical. Toutes les Ranunculus sont d'ailleurs inscrites à la liste B de la pharmacopée française qui recense les plantes médicinales dont les effets indésirables potentiels sont supérieurs au bénéfice thérapeutique attendu!

La Renoncule âcre (Ranunculus acris) est une vivace au port dressé et ramifié, aux feuilles palmatifides, mais sans pétiolule. Elle illumine les prairies fraiches, les lisières et les fossés au printemps.

https://www.sauvagesdupoitou.com/49/363

Renoncule âcre (Ranunculus acris L.)

Plante de la famille des Ranunculaceae, aussi appelée Bouton d'or. Elle fleurit de mai à juillet.

Les feuilles sont simples. Elles sont profondément découpées, pétiolées, avec un pétiole très allongé dans le cas des feuilles basales.

Elles ont un limbe mince. Leur face supérieure est poilue, leur face inférieure glabre ou poilue :

http://abiris.snv.jussieu.fr/flore/descriptions/Renoncule_acre.html

Le bouton d’or est une petite fleur jaune que tout le monde connait, un terme utilisé depuis des générations pour qualifier une petite fleur simple et dorée, qui pousse dans les prairies. Mais plusieurs espèces de renoncules se rassemblent sous ce nom d’usage, proches et difficiles à différencier : notamment, la renoncule acre, Ranunculus acris et la renoncule rampante, Ranunculus repens, dont les fleurs se ressemblent. Botaniquement parlant, le véritable bouton d’or est la renoncule acre, moins répandue, et surtout non envahissante.

Description de la renoncule rampante

C’est une plante ayant une taille très variable, de 5 à 30 cm de hauteur, suivant son milieu de vie ; petite dans une zone piétinée comme la pelouse, ou haute dans une prairie ou en bordure de chemin. Les feuilles sont disposées en rosette basale ; Ce sont des feuilles à trois folioles lobés de trois à 8 cm , portées par un long pédoncule.

La Renoncule rampante est toxique lors qu’elle est fraiche : lorsqu’elle est écrasée, donc mâchée, elle libère des enzymes qui elles-mêmes ouvrent les vésicules stockant l’anémonine, une toxine irritante au toucher, et provoquant des indigestions, inflammation du tube digestif et diarrhée. C’est un stratagème pour se protéger de la prédation, cette réaction chimique rend la plante amère, et les animaux l’évitent. Une fois sèche ou cuite la plante perd sa toxicité. Elle peut donc être incorporée dans le foin pour les animaux.

Elle possède également la particularité d’inhiber la croissance des plantes voisines, surtout des fabacées (par ex le trèfle). Du point de vue médicinal, la plante peut être utilisée pour un usage analgésique.

https://www.aujardin.info/plantes/ranunculus-repens.php

Ficaire (Ranunculus ficaria L.)

Plante de la famille des Ranunculaceae, aussi appelée Ficaire fausse-renoncule, Renoncule ficaire. Elle fleurit de mars à mai.

Les feuilles sont alternes ou opposées, avec une base engainante.

Les feuilles sont simples. Elles sont entières, ovales, pétiolées avec une base en coeur.

Le calice est glabre. Il est formé de 3 sépales libres ovales, appliqués sur les pétales.

http://abiris.snv.jussieu.fr/flore/descriptions/Ficaire.html

La ficaire est une plante herbacée très commune, présente dans les prairies, les forêts, les talus et lisières. Connue pour ses effets contre les hémorroïdes et sa richesse en vitamine C, elle appartient à la famille des renonculacées.

La ficaire doit son nom à ses tubercules en forme de figues. D'une hauteur de 10 à 30 cm, cette plante vivace se reconnaît en mars-avril à ses fleurs d'un jaune doré éclatant. Le fruit pour sa part, est dit akène car il est uniquement composé d'un noyau. Comme le gland du chêne. Quant à ses feuilles en forme de cœur, luisantes et d'un vert vif, ce sont elles qui portent avec les racines, les principales vertus médicinales de la ficaire.

https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-ficaire-10196/

Trèfle, trèfle commun, trèfle rouge, herbe à vache, trèfle pourpre, trèfle d'Espagne, trèfle rose, trèfle violet, trèfle des prés3,4.

Les feuilles sont formées de trois folioles elliptiques à ovales, à marge entière, vertes avec en général un croissant blanchâtre caractéristique.

Connu et apprécié depuis l'antiquité, le trèfle violet cultivé est probablement originaire d'Espagne . Il est commun dans différents pays d'Europe et dans toute la France métropolitaine en particulier. C'est une des principales espèces fourragères en Scandinavie, au Canada, mais il est également présent sur le pourtour du Bassin méditerranéen

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%A8fle_des_pr%C3%A9s

Trifolium pratense (Trèfle des prés ou Trifa en poitevin-saintongeais) appartient à la famille Fabaceae (c'est une Légumineuse). Cette Sauvage vivace est à l'origine de variétés appréciées et cultivées par l'homme; Trifolium pratense se démaque par ses capacités à capter l'azote de l'air pour le stocker dans le sol (engrais vert), à offrir un couvert tout en améliorant la capacité de drainage du sol, et surtout par la haute teneur en protéine de ses célèbres feuilles trifoliées (fourrage pour le bétail).

https://www.sauvagesdupoitou.com/83/359

Pulmonaire

Vivace en touffe, portant des fleurs roses, puis bleus, en entonnoir au printemps au-dessus de longues feuilles elliptiques, vert moyen à taches plus pâles.

Le Genre Pulmonaria : 10 espèces (Europe). Vivaces, hermaphrodites, caduques. Souche rhizomateuse, traçante. Feuilles entières, à bord non denté, souvent tachées de blanc et rudes au toucher, en raison de leurs poils plus ou moins raides ; les radicales pétiolées, en touffe, les caulinaires sessiles, alternes. La touffe se développe surtout après la floraison. Fleurs le plus souvent rose pourpré, devenant bleues, réunies en courtes grappes terminales, accompagnées de quelques bractéoles

Particularité de l'espèce Pulmonaria officinalis : Vivace de 10-30 cm, rhizomateuse. Plante rugueuse. Feuilles poilues, tachées de blanc ; les radicales ovales, souvent cordiformes à la base ; les caulinaires ovales-oblongues. Fleurs rose rougeâtre, puis violacées.

Avait la réputation de guérir les tuberculeux, suivant la " théorie de la signature ", les feuilles tachées évoquant le poumon malade. Réputation très surfaite, mais la plante figure encore sur les listes médicales. Contient tanins, saponine, mucilage et sels minéraux. Elle est expectorante, sudorifique, anti-inflammatoire et diurétique

https://www.jardindupicvert.com/vivaces/6544-pulmonaire-officinale.html

Pulmonaire

Elle forme une touffe épanouie constituée de feuilles larges et pointues, persistantes, soyeuses, mesurant jusqu'à 12cm de long, cordiformes à la base, d'un vert sombre tacheté de blanc.

De mars à mai, la tige porte des fleurs en entonnoir, dont la couleur varie au cours de la floraison : ainsi, elles sont roses à l'éclosion, deviennent violacées lorsqu'elles sont à l'apogée de leur épanouissement et se fanent en devenant bleues. Elles attirent les abeilles notamment.

Les feuilles renferment des mucilages, des tanins, des flavonoïdes, de l'allantoïne, des saponosides, de l'acide silicique, des vitamines, des sels minéraux et une très faible dose d'alcaloïdes pyrrolizidiniques.

La pulmonaire est victime de la "théorie des signatures", c'est-à-dire que les taches blanches de ses feuilles évoquant les alvéoles pulmonaires étaient le signe que la plante avait des vertus pectorales contre la bronchite et les affections de la poitrine. Or, rien n'a jamais été avéré hormis de simples propriétés émollientes et adoucissantes pouvant avoir des effets positifs sur les bronches encombrées.

https://jardinage.lemonde.fr/dossier-2581-pulmonaire.html

Stellaire holostée

Le terme « holostée » veut dire « entièrement [constitué] d'os », en raison de la forme particulière des tiges, anguleuses, et renflées aux extrémités, ce qui les fait ressembler quelque peu à des os1. Comme la tige est particulièrement cassante, la stellaire était autrefois tout naturellement préconisée dans le traitement des fractures, selon la théorie des signatures.

La Stellaire holostée (Stellaria holostea) est une plante herbacée vivace de la famille des Caryophyllacées. Elle pousse en forêt, lisières et sur les talus en Europe au printemps. Elle est aussi appelée Langue d'oiseau.

L'espèce porte plusieurs noms vernaculaires : craquet, collerette de la Vierge, épingles de la Vierge, faisceau de la Vierge ou herbe à la Sainte-Vierge en référence à ses fleurs blanches immaculées, gramen-fleuri, bec d'oiseau, langue d'oiseau, en référence à la forme allongée et aiguë de ses feuilles

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stellaire_holost%C3%A9e

Le gaillet gratteron, Galium aparine L., est une plante de la famille des Rubiacées. Elle est reconnaissable à sa tige carrée, mais surtout à ses feuilles longues et fines qui accrochent facilement.

https://phytotherapie.ooreka.fr/astuce/voir/453235/gaillet-gratteron

Le Gaillet gratteron Écouter (Galium aparine L.) est une plante herbacée très commune de la famille des Rubiacées.

On connaît aussi cette espèce végétale sous les noms de "rièble", "grateron", "gratte-langue", "saigne-langue", "gaille", "gaillet accrochant", "herbe collante", "anis sucré". Plusieurs de ces noms vernaculaires font référence aux petits aiguillons recourbés qui couvrent les tiges et les fruits, ce qui lui permet de grimper sur d'autres végétaux ou, à ses fruits globuleux — les petites « boules » —, de s'accrocher aux vêtements ou aux poils des animaux afin de disséminer ses graines9.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaillet_gratteron

La Bryone dioïque (Bryonia dioica) (du grec ancien βρὐον / brúon, « fleur ») est une plante herbacée vivace par sa racine, de la famille des Cucurbitacées. C'est une plante grimpante des haies, aux baies rouges. Sa racine charnue est amylacée et fortement purgative.

Noms communs : bryone, navet du diable, couleuvrée, vigne-blanche, herbe de feu, rave de serpent, mandragore grimpante...

Au xiie siècle, le navet du diable passe pour augmenter la tolérance à l'alcool. Toujours au xiie siècle, Hildegarde de Bingen indique : « Pour se garantir de l'ivresse, boire du jus de bryone avec autant de vinaigre, ainsi toute la semaine on ne sera point ivre »

Plante grimpante par ses vrilles, feuilles transformées et opposées aux feuilles, remarquables par leurs enroulements symétriques et alternés. Les tiges grêles peuvent atteindre jusqu'à 6 m de long. Odeur des feuilles assez désagréable.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bryone_dio%C3%AFque

Le Tamier commun ou Herbe aux femmes battues (Dioscorea communis), est une espèce de plantes grimpantes monocotylédones de la famille des ignames (Dioscoreaceae).

Elle est commune en Europe, en Asie et dans le nord de l'Afrique, régions dont elle est originaire.

Elle est parfois appelée haut liseron, racine-vierge, raisin du Diable, sceau de Notre-Dame ou vigne noire. Dans le sud de la France, elle est couramment désignée par son nom occitan « reponchon »2 (qui se prononce répountsou) ou « ré(s)pountchou ».

C'est une espèce de plante à tige grêle, volubile, pouvant atteindre 3 m de long. Elle est vivace grâce à une grosse racine, noirâtre, tubérisée, en forme de navet et qui émet chaque année de nouveaux bourgeons.

Les feuilles alternes, à pétiole muni de deux glandes, sont cordées (en forme de cœur), à sinus très ouvert, acuminées, minces, luisantes. Fait exceptionnel pour une monocotylédone, le limbe est constitué d'un réseau de nervures non parallèles.

Les fleurs jaune-verdâtre sont petites (3-6 mm de diamètre) et réunies en grappes. Les sexes sont séparés (plante dioïque). Les fleurs mâles sont disposées le long de racèmes grêles de 5-10 cm de long, les femelles en groupes serrés. La floraison a lieu en avril-mai-juin, suivant le climat.

Les fruits sont de petites baies rouges, brillantes, juteuses, de 12 mm de diamètre, persistantes l'hiver après la sénescence des feuilles.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dioscorea_communis

Distinguer le tamier commun de la bryone dioïque

Ces deux plantes se ressemblent, bien que la bryone dioïque, Bryonia dioica, fasse partie des Cucurbitacées ; mais il ne faut pas les confondre, car la bryone est très toxique. Pour les distinguer, on regarde si la plante a des vrilles pour s’accrocher au support : la bryone est caractérisée par ses vrilles tandis que le tamier commun n’en a pas.

https://www.aujardin.info/plantes/tamus-communis.php

La Véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys L.), est une petite plante à fleurs bleues appartenant au genre Veronica, fréquente dans les prés et les bois clairs, souvent en zones montagneuses. Elle est parfois appelée Fausse Germandrée (nom vernaculaire).

Plante herbacée basse, le plus souvent rampante, à tiges fines rougeâtres et velues. Feuilles également velues, opposées, ovales et dentées, sessiles ou à très court pétiole. Ses feuilles sont sinuées à la façon de celles du chêne, d'où son nom chamaedrys en latin scientifique (du grec khamaidrus « petit chêne », formé de khamai « à terre » c'est-à-dire « petit » et drus, « chêne »).

https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9ronique_petit-ch%C3%AAne

De toutes les véroniques, la véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys) est ma préférée. C'est celle aux grandes fleurs d'un bleu intense et profond, celle que mes amis les Naturalistes Parisiens m'ont appris à reconnaître, non pas par ses fleurs, ses sépales ou ses feuilles, mais bien grâce aux poils de sa tige! La caractéristique de la véronique petit-chêne est que sa tige porte 2 lignes de poils diamétralement opposées.

http://notesdeterrain.over-blog.com/2016/05/veronique-petit-chene.html

Le Géranium Herbe à Robert (Geranium robertianum), est une plante (annuelle ou bisannuelle) de la famille des Géraniacées.

Son nom proviendrait davantage de sa couleur rougeâtre, ruber en latin, qui par corruption a donné « robert », que du nom du premier évêque de Salzbourg, Rupert qui — dit-on — utilisait les vertus médicinales de cette plante contre les hémorragies en raison de sa richesse en tanins

Très odorant, le géranium robert dégage une odeur fétide très forte et âcre encore plus intense lorsqu'on froisse ses feuilles entre les doigts. Les poils rendent la plante poisseuse tant leurs glandes sont remplies d'essence aromatique.

Toutes les parties de la plante ont été utilisées en pharmacopée traditionnelle, grâce à la présence de différents composés (tanins, huile essentielle, acide citrique, principe amer, la géraniine). Selon le principe de la théorie des signatures, une plante qui possède des pigments rouges est censée régénérer le sang ou soigner les maux liés à la circulation sanguine (usage comme hémostatique, cicatrisant, problèmes cardiaques), certaines des propriétés du Géranium ayant reçu une confirmation scientifique.

Son huile essentielle est réputée antiseptique. Associée à la bistorte, l’aigremoine et le chêne, elle devait guérir la diarrhée de l'enfant ou de l'adulte.

Les extraits de cette plante contiennent des quantités importantes de vitamines A, B et C ainsi que des sels minéraux (calcium, potassium, magnésium, fer, phosphore, et germanium utilisé en médecine alternative pour ses propriétés cytotoxiques)

Sa racine était utilisée pour tanner les cuirs (richesse en tanin). Les feuilles fraîchement cueillies dégagent une odeur, liée à la présence d'huile essentielle, rappelant celle des pneus brûlants lorsqu'elles sont froissées ou écrasées. Si elles sont frottées sur le corps, leur odeur désagréable est censée repousser les insectes de toutes sortes (moustiques, guêpes, frelons). C'est la raison pour laquelle certaines espèces de Géranium à forte odeur sont disposées sur les balcons, le long des terrasses et des piscines

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ranium_Herbe_%C3%A0_Robert

Le Geranium robertianum possède des propriétés antioxydantes, antihémorragiques, protectrices des muqueuses, astringentes, antibactériennes et antifongiques, anti-inflammatoires, hypoglycémiantes, cytotoxiques et diurétiques.

Il a été démontré que les propriétés antioxydantes des plantes sont étroitement liées à la présence de composés phénoliques. Parmi les composés phénoliques du géranium herbe à Robert, on trouve en partie des flavonoïdes dont les quantités peuvent être importantes. Certains flavonoïdes qui prédominent sont des molécules antioxydantes. L’activité antioxydante de cette espèce est d’un intérêt particulier compte tenu de son effet bénéfique sur la santé humaine

https://www.leveilsauvage.fr/2018/06/07/le-g%C3%A9ranium-herbe-%C3%A0-robert/

Alliaire

Alliaria petiolata (Alliaire) appartient à la famille Brassicaceae, dont les membres, souvent cultivés par l'homme, se démarquent par leurs saveurs remarquables et recherchées (choux, navet, moutarde, raifort, roquette, cresson...).

Les feuilles dentées et cordées à son sommet (mais réniformes et crénelées à la base de la plante) pourraient, faute d'attention, faire penser à la piquante Ortie... Ses petites fleurs blanches à quatre pétales empêchent toute confusion, de même que l'odeur d'ail dégagée par ses feuilles lorsqu'elles sont froissées entre les doigts. En effet, Allium en latin, c'est l'ail.

A l'image de l'Ail, on lui reconnait des vertus antiseptiques (désinfectantes) lorsqu'elle est appliquée en cataplasme, sur des plaies mineures ou des piqûres d'insectes. Mais c'est surtout en bouche que la Sauvage se démarque.

L'Alliaire est une comestible prisée, riche en vitamine C. Son odeur ne trompe pas: ses jeunes feuilles crues et hachées (et seulement crues, elles n'ont que peu d'intérêt gustatif une fois séchées ou cuites) offrent un léger goût aillé; sans les désavantages de l'ail, c'est à dire sans laisser une haleine délicate à celui qui la consomme!

https://www.sauvagesdupoitou.com/81/355

La bugle rampante (Ajuga reptans), également appelée petite consoude ou herbe de saint Laurent, est une petite plante vivace parfaitement rustique, persistante, rhizomateuse, dont on trouve l’espèce sauvage dans les bois, les lieux ombragés et les prés humides, avec une tendance envahissante puisque ses stolons s’enracinent de place en place.

Sa tige est velue, avec des feuilles vert foncé, opposées, allongées et arrondies, un peu gaufrées. Des fleurs bleu vif à deux lèvres forment des épis terminaux au milieu de feuilles et de bractées pourprées, qui attirent les abeilles.

Durant très longtemps, notamment à la Renaissance, la bugle rampante était le remède de base du médecin qui l’utilisait pour soigner les plaies, les hémorragies, les affections pulmonaires ainsi que pour ses propriétés anti-inflammatoires et antirhumatismales du fait de l’harpagocide qu’elle contient.

https://jardinage.lemonde.fr/dossier-1293-bugle-rampante-ajuga-reptans.html


Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!