Sentier de Randonnée Nature Patrimoine de Puceul

En Pays de Nozay, région située au nord de la Loire-Atlantique découvrez le Patrimoine naturel et l'Environnement de la commune de Puceul  grâce à une balade photographique de découverte des richesses  de Nature et de Patrimoine  à différents moments de l'année sur les circuits de randonnée pédestre de la commune .


Un autre site de découverte du Patrimoine de 7 communes du Pays de Nozay sur :  http://www.tresorsdupaysdechateaubriant.fr/283976381


Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!


Retrouvez la bibliographie utile à cette page dans la sous-rubrique "bibliographie" de la première rubrique

Un logis du bourg, publique celui-là, le bâtiment de la Mairie en petit appareillage de schiste recouvert de chaux et encadrements de baies et chaînages d’angle en tuffeau a été construit à la fin du XIXe siècle avec à ses côtés à l’équerre le bâtiment des classes de l’ancienne école publique de garçons de la commune.


Le logis de la bibliothèque en appareillage de schiste et aux baies caractéristiques du XVIe siècle s'apparente par sa construction aux demeures nobles que sont les manoirs


Bâtiment de la Bibliothèque actuelle (ancienne bâtisse à égouts retroussés ou coyaux : témoignages de son ancienneté).


Café "Chez Tonton" : Restaurée, cette maison à deux étages est un parfait témoin de l’évolution du bourg de Puceul.

Son premier propriétaire, peut-être le constructeur, tient un débit de boisson au rez-de-chaussée.

Par la suite et pour ne pas avoir à payer l’impôt sur les ouvertures des maisons, certaines fenêtres sont bouchées.

La maison est ensuite un cabinet de médecin, l’atelier d’un tailleur de tissus, et à nouveau une buvette.

Après la guerre, elle est transformée en salon de coiffure-épicerie, avant de devenir une nouvelle fois un café.


La Maison « Montmorency » se trouve dans le haut de la place de l’église, au bord de la route de Saffré, elle est située à proximité de l’ancien presbytère (actuel restaurant « Le séquoia »).

Elle porte le nom de la famille « Montmorency » , l’une des plus prestigieuse de la noblesse française (Ville de Montmorency dans l’actuel département du Val d’Oise).

La branche qui concerne Puceul est celle des La Neuville, par Georges de Neuville d’Abbaretz, gouverneur de Châteaubriant et fils légitimé de Georges de Montmorency d’Aumont dont le père était Claude Montmorency, Baron de Fosseux (1506-1546).

Un des propriétaires de la Maison « Montmorency » était Jean de Montmorency., seigneur de la Neuville en1653. Le nom s’est perpétué par le frère de Jean, Georges, dont le petit fils a eu une fille, Marie Anne Claude de Montmorency qu’il maria en 1733 à Louis Alexandre Xavier le Sénéchal de Carcado (mort en 1763).

Un linteau de la maison porte un blason sculpté aux armes de la famille Carcado, d’azur à 7 macles d’or avec une accolade au sommet de laquelle est l'écu armorié.

Même si l’apparence de la façade et la tour d’escalier porte la marque du XVIe siècle, cette fenêtre est du XVIIIe siècle, date de l’alliance avec les Carcado.


Le séquoia du bourg se dresse dans le jardin de l’ancien presbytère, juste à côté de l’église qu’il domine de sa hauteur. Il aurait été planté à la même époque que celui de Bohallard et que celui de la cure de Saffré (aujourd'hui abattu ). C’est l’un des plus gros sujets de Loire-Atlantique, mais pas le plus haut.

Sa circonférence à un mètre du sol était de 6,30mètres, en 1990, elle est de 7,55m en 2014, sa hauteur est de 28 mètres. Ce séquoia a donc gagné 1,25 m de circonférence en 22 ans. Comme c'est une espèce qui aime bien l'eau, il se plaît bien là à proximité du puits de l'ancien presbytère.


Les boisements les plus importants de Puceul sont le Bois de la Savinais (au nord du bourg), les Bois de la Grimaudière, de la Tirlais, des Binetières et de Bohallard. Le bois de la Savinais, communal, est un élément remarquable. Il est composé de deux parcelles, une de 19,58 hectares en taillis simples et une autre, au sud, de 2008 m2, en taillis sous futaie.

Le boisement est constitué essentiellement de chênes, avec du châtaignier, du hêtre, du merisier et du charme. Le Houx et le fragon sont également présents.


Etendu sur plus de 20 hectares, le Bois de la Savinais est l’un des plus importants boisements de la commune de Puceul. C’est un espace remarquable abritant des taillis simples, mais aussi d’autres taillis sous une belle futaie de chênes.

Essentiellement composé de chênes, de hêtres, de châtaigniers, de merisiers et de charmes le bois communal de la Savinais à Puceul abrite également du houx et du fragon


L’anémone des bois fleurit en mars-avril en sous-bois sous la forme d’un tapis parfois dense. Contenant une substance toxique, l’anémonine, elle est utilisée contre les rhumatismes en friction locale.


Le cimetière de Puceul possède de beaux exemples de l’utilisation de la pierre de Nozay.

Son mur d’enceinte est entièrement constitué d’un petit appareillage en pierre bleue.

L’entrée du cimetière est ornée d’une porte piétonne possédant un encadrement en pierre taillée.

Celle-ci est surmontée de chaque côté de pierres sculptées représentant des volutes.

Une superbe croix pattée sculptée avec un fut monolithe de plus de quatre mètres de haut orne le fond du cimetière.


L’étang de la Rinais , comme celui des prés Flippe et celui du Sauzay est géré par l ‘association de pêche communale puceuloise. On peut y pêcher tanches, sandres, gardons, avec des cartes à la journée pour quelques euros.

Endroit calme et reposant, l'étang de la Rinais, à Puceul, a été réalisé, au début des années 1990 par un paysagiste qui a su mêler harmonieusement les essences boisées.



Cette croix, aussi appelée croix Rouzioux du nom de ses propriétaires au XXe siècle est de style gothique.

Elle est en schiste et possède une effigie d’un christ sculptée sur le croisillon comme celle de la route de Saffré, à la sortie du bourg.

Ces croix ont été conçues et exécutées, non par des sculpteurs de profession, mais par des artisans locaux, simples tailleurs de pierre, qui a l’occasion se sont essayés dans la représentation de la figure humaine.


La Fontaine St Clair actuelle date du XIXe siècle, elle est située route de la Bourdinière dans une rue à sens unique. La Statue de St Clair est dressée au dessus de la fontaine sur un monticule de pierres.

Des processions ont persisté jusque dans les années 1980. On venait s’y laver les yeux et le visage et on y amenait les enfants qui présentaient un retard à marcher.

Aujourd’hui les processions ont disparu, mais dans le jardin d’herbes médicinales, derrière la source sacrée, on retrouve la mémoire des plantes et l’énergie des cultes anciens.


Le village de la Bourdinière a eu jusqu’à onze exploitations agricoles dans le village. 3 fours à pain étaient en activité.

Un a disparu, un autre subsiste à l’état de ruines avec une boulangerie en pisé et le dernier est en état à l’intérieur d’un bâtiment auquel il est accolé.

Plusieurs palissades en schiste agrémente le village qui possède également un puits à construction d’appareillage en schiste surmontée de dalles du même matériau.

Plusieurs bâtiments : hangars, granges, anciennes exploitations agricoles montrent les possibilités de construction de l’époque (dimensions standard des bâtiments de 6m50 sur 12 m, charpente en chêne).

L’un deux, un hangar de 6 mètres de long sur 4 mètres de large abritant du bois de chauffage laisse les plus hauts palis de 4 mètres de haut soutenir une charpente en chêne couverte d’ardoises avec un bardage de planches de Châtaignier prolongeant les palis les plus courts jusqu’à la toiture.


L’étang des prés Flippe a la réputation de disposer d’une eau en abondance même dans les périodes les plus chaudes des années de sécheresse et les agriculteurs des alentours viennent y remplir leur tonneau à eau pour abreuver leur bêtes.

Des nénuphars aux fleurs blanc-rosé donnent une touche de couleur sur les eaux souvent limpides de cet étang aux eaux relativement profondes, mais malheureusement sujettes à des plantes aquatiques plutôt envahissantes au grand dam des pêcheurs.


Entre Vay et de Puceul, La voie romaine Vannes Angers, passant par Blain se voyait si distinctement vers 1830, que M. Bizeul a pu mesurer sa largeur, qui n’était pas moindre de 12 m dans l’empierrement, et de 20 m , avec les accotements entre les contre-fossés, largeur exceptionnelle qui la classe dans la catégorie des voies militaires, dites consulaires ou impériales, [telle la voie Vannes-Angers ] Compte tenu de l'emprise au sol, on peut conclure qu'il s'agissait d'un axe important, s'apparentant à une «autoroute» de l'époque. «Une voie prioritaire pour la poste, le commerce»


De forme octogonale avec une voûte supportée par des colonnes, l’Eglise St Martin est extérieurement de style néo-gothique (Néogothique : se dit d’un style qui, au XIXe siècle surtout, s’est inspiré du gothique.), avec un clocher très bas reposant directement sur la nef. Dans l’église de Puceul qui est de forme octogonale (presque ronde), la nef est aussi réduite que les transepts.


Au dessus des colonnes des portes d’entrée, on observe des chapiteaux : Ils ont été réalisés en 2002, à l’initiative de la municipalité d’alors, par un artiste d’une entreprise de Vallet chargée de la restauration des édifices religieux. Ces chapiteaux étaient restés bruts et n’avaient jamais été sculptés.

Pour la sculpture des chapiteaux, l’artiste s’est inspiré des éléments décoratifs déjà présents dans l’église (et également du bestiaire notamment à la porte principale).

On y voit surtout des feuilles de végétaux et des dragons.


Situé dans la partie droite de la nef dans une saillie formant transept, un Tabernacle en bois de style Renaissance classé aux monuments historiques a été restauré en 1955 par Henri Wagner, artiste ayant séjourné dans la région de Nozay dans les années 1950 à 1970.

La partie centrale, très ouvragée, est ornée de colonnettes corinthiennes et flanquée, de chaque côté d’une représentation d’un saint évêque (St Martin ou St Clair) et de Jean-Baptiste. Deux panneaux équilibrent l’ensemble, décorés de fruits, de feuilles et d’angelots.

Le Tabernacle, orné des mêmes éléments décoratifs, est surmonté d’un dôme de bois, piédestal pour un christ en majesté.


On peut également observer de nombreux vitraux datant pour la plupart de la fin du XIXe siècle et des années d’après guerre : Nombreux épisodes de la vie de St Martin., Episodes de l’histoire de France et de l’histoire régionale., Scènes de la vie religieuse, Scène du sac de l'église de La Chevallerais par les Républicains lors de la Révolution Française (On y distingue la remise de la statue de Notre Dame par un patriote à une jeune fille pour qu'elle ne finisse pas dans les flammes)



Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!