Evolutions du Paysage agraire (région de Puceul)

Evolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise

Pour clarifier l'étude des paysages agraires dans la région de Puceul (entre Isac et don), nous avons extrait quelques notes prises de l'étude de Jean Renard, publiée au cercle d'or en 1975 sur "Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise".

Cette synthèse sur les paysage à une époque où les paysages n'étaient pas encore bouleversés par les remembrements divers et l'ouverture quasi systématique du bocage permet de remonter aux sources de l'analyse des paysages de nos campagnes.

Cette étude ne montre pas le paysage tel qu'il est actuellement mais donne des clés pour comprendre la génèse de ce paysage (Importance de l'histoire du Paysage agraire).

Pour consulter la carte jointe voir : 

http://www.didierteffo.fr/228429225?i=114190946

ou 

http://www.didierteffo.fr/228429225?i=133719448

Penser au plein-écran

relâcher la souris aprés avoir glissé le curseur vers la droite de l'écran

 

Dans les bocages de la région nantaise, à la veille des transformations contemporaines, l'opposition répétée de deux types de parcellaires associée à la répartition des types d'habitat était en rapport étroit avec les aspects du relief.

 

Les villages se sont localisés, sauf exceptions, au contact des plateaux et des vallées, plus précisément à la partie haute des versants, à l'abri des brouillards de fond de vallée, au contact de terroirs différents et sur les pentes égouttées dont les sols se réchauffent plus vite.

 

Les fermes isolées ont été plus éclectiques dans leur localisation, mais elles occupent surtout les interfluves qui sont généralement des plateaux peu ondulés qui seraient monotones sans le damier des haies.

 

Mais l'équilibre entre les villages et les fermes isolées est rarement réalisé à l'échelle d'une commune.

 

Là où les rivières ont ciselé les plateaux et ont multiplié les croupes et les vallons, les villages et leur finage occupe presque que tout l'espace.

Seules quelques fermes isolées se tassent auprès des rares châteaux sur les interfluves.

 

C'est le cas à proximité de la vallée du Don et de l'Isac, au nord-ouest de la Loire-atlantique.

 

Là où le bocage était d'une régularité parfaite, on décelait aisément l'emplacement d'anciennes landes défrichées très récemment (comme sur les plateaux entre Don et Vilaine).

 

Sur cette trame bocagère à structure double (métairies-villages) de multiples éléments interfèrent pour multiplier les nuances.

 

Au delà de l'inorganisation apparente des bocages on reconnaît un certain nombre de pays dont l'originalité tient dans la façon dont se juxtapose ou se combine les différents éléments du complexe agraire.

 

Par exemple dans les plateaux au Nord de la Loire, on observe une lente désorganisation des enclos de l'Est à L'Ouest.

 

Dans le Nord-est de la Loire-Atlantique, d'Ancenis à Châteaubriant, les structures paraissent simples et homogènes.

Le bocage à larges mailles aux formes contournées domine.

La grande propriété est partout présente et les vastes domaines constitués d'un château et de plusieurs métairies expliquent l'allure aérée du bocage.

Prolongement de l'Anjou armoricain, les villages ne sont pas absents, mais leur présence est discrète et leur importance a beaucoup diminué depuis un siècle.

 

Au nord d'une ligne Nort-sur-Erdre-St Mars-la-Jaille, le relief est vallonné,des vallées couvertes de prairies se glissent entre les barres gréseuses couronnées de forêts qui se succèdent. L'élevage bovin est orienté vers la viande à partir de la race Maine-Anjou.

Cette région est plus mayennaise par ses paysages et ses mentalités que ligérienne.

 

Au Nord-ouest, les plateaux boisés nantais (du revers du Sillon de Bretagne à la Vilaine), à l'ouest de l'axe de la route Nantes-Rennes (limite incertaine entre les plateaux angevins et la région Nord-occidentale du Pays Nantais) montrent une transformation des paysages de l'Est vers l'Ouest.

Les plateaux dominent mais avec des vallées relativement encaissées (Sillon de Bretagne, Vallée du Don par endroits). On y observe une opposition très nette entre les types d'habitats (villages, métairies) et les types de structures agraires associées.

 

Les plateaux et les interfluves sont occupés par un bocage récent à larges mailles géométriques établi au XIXe siècle au détriment des landes. De grosses métairies sont dispersées sur les plateaux.

 

Au nord de la Forêt du Gâvre, sur les hauteurs appalachiennes de la région Plessé-Guémené-Penfao subsistent quelques lambeaux de landes vraies et d'incultes.

 

Les villages s'alignent sur les versants des vallées qui conduisent à l'Erdre ou à la Vilaine et sur l'extrême rebord des plateaux.

Systématiquement, des groupes de champs ouverts (Gagneries) sont associés à la présence de ces villages, dont les finages occupent les terroirs variés du fond de la vallée au plateau.

 

Ces petits openfields qui forment vers l'est à la hauteur de Derval, Nort-sur-Erdre, Treillières comme des îlots au sein du bocage sont souvent complantés de Pommiers.

 

Ils prennent progressivement vers l'ouest (St Gildas-des-Bois, St Nicolas-de-Redon) une place de plus en plus grande et c'est alors le bocage à grandes mailles des métairies qui fait figure d'intrus et qui se réfugie sur les anciennes landes.

 

L'organisation des finages, liée à la disposition des éléments du relief et donc à la diversité des terroirs, explique la localisation des villages à gagneries.

Les fonds de vallée et les terres basses sont le domaine des prairies permanentes.

Les plateaux étaient, dans le cadre traditionnel qui a précédé leur embocagement, le lieu de pacage des troupeaux.

 

Dans cette structure agraire, où les champs découverts occupent une place notable, les petites exploitations étaient la règle, et l'impressionnant morcellement foncier explique traditionnellement le choix de l'élevage laitier et les difficultés de la petite paysannerie.

 

Le remembrement a transformé notablement les aspects du paysage de cette région.

 

Pour conclure, on essaiera de mesurer comment dans la région de Puceul (entre Isac et Don) s'est développée cette double structure du Paysage agraire avec d'un côté les métairies dépendant de la grande propriété traditionnellement implantées sur les plateaux et de l'autre les villages à borderies implantés au contact du plateau et de la vallée.

 

On pourra consulter sur le thème "Bocage et Gagneries" les extraits d'articles de Hubert Maheux en 2004 et Anne-Marie Charaud en 1949, voir 

http://www.didierteffo.fr/228429227