Métiers et Savoir-faire d'autrefois à Puceul

Le métier d'agriculteur dans les années 1950

"Ronde des métiers et savoir-faire d'autrefois" Puceol Septembre 2015

Activités d’autrefois, les vieux métiers

 

L’association Puceol, afin de faire revivre les métiers d’autrefois, réalise depuis plusieurs mois un travail de collectage sur les gestes et travaux d’autrefois.

Une tentative pour sauver la mémoire du passé, tant qu’il existe des aînés ayant connu un monde sans transports rapides, sans avions, sans téléphone, même sans électricité,

où leurs conditions de travail semblent à nos yeux presque incroyables …

Tout cela est encore à notre portée.

Nous adressons un grand merci à toutes ces personnes qui nous transmettent leurs paroles que vous pouvez lire dans les lettres de « Puceol »

Danielle Chrétien

 

Voici ce document de 32 pages en 4 parties

 

Evolutions de l’agriculture à travers les âges et du métier d’agriculteur depuis les années 1930 et 1950

Progrès de l'agriculture dans la région.                                                                  Page 5

Partage des landes à Puceul vers 1811                                                                   Page 5

Mener des bêtes de trait de 1930 à 1960 à Puceul et ailleurs en Loire-Atlantique      Page 6

Une batterie à Puceul vers 1921                                                                          Page 7

Une batterie à Puceul vers 1936-37                                                                      Page 8

BATTEUSE    ou   batterie                                                                                    Page 8

Collectage : P Sansoucy, Cultivateur à la Bourdinière et au Champ Battu à Puceul  Page 9-10

Tracteur Société Française de Vierzon                                                                 Page 11

Batteuses-Merlin                                                                                             Page 11

Collectage : Une cultivatrice dans les années 1950                                              Page 12

Bernadette Bellay, Agricultrice au Grand-Fougeray et au Châtelier à Puceul         Page 13-18

Repas de Battage                                                                                            Page 19

Fête des battages à Thourie                                                                          Page 20 –21

Labours à l’ancienne                                                                                        Page 22

Autres métiers et Savoir-FaireLa Forge de Puceul dans les années 1910                  Page 24

Le Forgeron                                                                                                    Page 24

Collectage Théophile Carcouet :           Parcours de vie                                    Page 25-26

L’osier et la vannerie                                                                                      Page 26

André, fils du Sabotier François Caba nous présente l’activité de son père         Page 27-30

Propos sur les Abeilles et le Miel par…    … Théophile Gaudin :                            Page 31

 MUSEE AGRI RETRO                           Couverture 

 

 Retrouver la brochure sur

http://puceol.association-club.mygaloo.fr/PageAssociation-Actualite/septembre-2015-ronde-des-metiers-et-savoir-faire-d-autrefois?idNews=eb177a22-1c3d-4df3-93c5-d2a11d859aad

 

 

"Ronde des métiers et savoir-faire d'autrefois" Volume 2 "Ouvriers et artisans"  Puceol juin 2016

La Forge à Puceul vers 1910.

Brochure "Ronde des Métiers et Savoir-Faire d'autrefois 2 : Ouvriers et artisans".

Sortie le 11 juin 2016

Brochure « Ronde des métiers et savoir-faire d’autrefois »

Ce n’est pas un retour nostalgique aux « métiers d’autrefois de Puceul » dont nous évoquerons la composition tout au long des XIXe et XXe siècles, mais c’est tout simplement la volonté de ne pas laisser s’effacer dans l’oubli, les gestes et savoir-faire d’autrefois.

Elle a été Réalisée notamment à partir des collectages de :

Pierre Garaud (Le Charron, Le Menuisier, La Couturière, …), Théophile Carcouett (La Mine à Abbaretz), Bernadette Bellay (La Fileuse), Jacqueline Durand (La Lingère) ...

Possibilité d’acheter cet ouvrage par souscription

 à consulter en partie ci dessous et dans la rubrique qui suit Puceul Métiers 2

PUCEUL : Population en 1846 Population communale : 211 ménages et 912 habitants Le bourg : 29 ménages et 114 habitants Artisans, Ouvriers et Commerçants

Le recensement de 1846 dénombre pour la commune de Puceul (sans la succursale de La Chevallerais) 211 ménages pour un total de 912 habitants.

Les métiers liés directement à l’agriculture sont à une écrasante majorité les mieux représentés : on compte 80 laboureurs (37,9% des ménages), 12 cultivateurs (5,7%) et 29 journaliers (13,8%).

Sans compter 2 chefs de ménages rentiers et 18 propriétaires qui ne sont pas agriculteurs directement mais dont les liens avec l’agriculture sont évidents.

Ainsi les travailleurs liés directement à l’agriculture représentent 121 ménages, soit plus de 57% des ménages de Puceul.

Les ménages dont le chef est artisan ou ouvrier sont en ce milieu du XIXe siècle seulement 20 à Puceul (soit 9,5% des ménages).

Les ménages dont le chef est commerçant sont au nombre de 12 (soit 5,7% de l’ensemble des ménages (211)).

A noter la part importante des veuves (31) qui viennent grossir les part respectives des autres professions et donc en particulier, celle des professions agricoles, déjà prépondérante.

Avec plus de 5% de veuves d’agriculteur en plus, ce qui semble sous-estimé, le total des ménages agricoles dépasse les 60%.

Dans le bourg les commerçants chefs de ménage sont au nombre de quatre : Marie Hugron Buraliste de Tabac Perrine Pasgrimaud Marchande Jeanne Poupelard (Veuve Chambily) Cabaretière Jean Cossard Marchand.

Huit Chefs de ménage commerçants se trouvent dans les écarts.

Sur ces huit commerces, on observe 5 cabaretiers à proximité de la route de Nantes à Rennes : Pierre Berdeloup cabaretier au Bouillon-Jaune Pierre Mabilais cabaretier au Bas-Bouillon-Jaune Julien Robin, cabaretier à la Haute-Couassière François Rouzioux, Cabaretier au Moulin-de-Bohallard Jean Gâtin, cabaretier au Pont-des-Pâtoux.

Les trois autres marchands se situent à la Haute-Couassière (Mathurin Simon) et au Châtellier (Marie Robin et Pierre Tessier).

Sur les 20 chefs de ménages artisans et ouvriers, six sont au bourg : 1 tisserand (Pierre Josse) 1 couvreur (Pierre Grimaud) 1 maréchal (Pierre Cossard) 1 cordonnier (François Lefeuvre) 1 menuisier (Henry Caillon) 1 charpentier (Pierre Thiaud).

Les 14 autres chefs de ménage artisans et ouvriers sont disséminés dans les écarts, avec trois autres artisans-ouvriers non chefs de ménage. On distingue ainsi 17 artisans-ouvriers: 7 meuniers Pierre Josse à l’Hôtel-Ferrand Mathurin Lecoq au Moulin Mortrais Alexis Leroux à la Rouaudière Jacques Noury et Jacques Baudouin au Moulin de Bohallard Etienne Brochard au Moulin de Jahan Julien Josse au Moulin-Neuf. 3 Tisserands François Leray à Malescot (fils de cultivatrice) Jean Mary à la Couassière Pierre Fraboul au Châtellier. 3 Maçons Jean Guitton au Landreau Auguste Tessier à la Ménerais (fils d’une journalière) Julien Saffré à la Mélaitais (fils de Propriétaire) 2 couvreurs Pierre Arrondel à la Rinais René Letourny au Châtellier 1 serger Christophe Gouarne à la Drugeonnais 1 maréchal René Cossard à la Drugeonnais.

 

PUCEUL : Population en 1876 Population communale : 234 ménages et 1002 habitants Le bourg : 42 ménages et 177 habitants Artisans, Ouvriers et Commerçants

Pour la population de la commune de Puceul, sans la succursale de la Chevallerais, le recensement de 1876 dénombre 234 ménages et 1002 habitants. Le bourg possède 42 ménages et 177 habitants (largement plus que les 29 ménages et 114 habitants de 1846).

Les métiers liés directement à l’agriculture concentre la majorité du nombre des chefs de ménage avec 83 laboureurs-propriétaires et 48 laboureurs-fermiers (Les chefs d’exploitation représentent donc 56% de l’ensemble des chefs de ménage), 5 cultivateurs, 36 journaliers et domestiques (15,4%).

Les travailleurs, chefs de ménage, liés directement à l’agriculture sont au nombre de 172 (soit 73,5% des chefs de ménage). Soit plus qu’en 1846.

Paradoxalement, à première vue, il y a plus d’artisans et d’ouvriers dans les chefs de ménage en 1876 (38, soit 16,2%) qu’en 1846 (19, soit 9%). Loin d’une « agricolisation » des campagnes puceuloises, observée plus tard, la proportion des artisans au bourg et dans les écarts est sensiblement la même. Sur les 38 artisans et ouvriers, 11 demeurent au bourg (11/38 contre 6/20 en 1846).

Par contre l’effectif des artisans et ouvriers a quasiment doublé.

Concernant les commerçants, ils sont maintenant 6 au bourg contre 5 dans les écarts (la proportion était inverse en 1846, 4/8, mais l’effectif reste stable.

Dans le bourg, les commerçants chefs de ménage sont au nombre de six : Pierre Josse (Marchand) Jean Cossard (Marchand-Propriétaire) Jeanne Chenuet (Veuve Boyas) (Aubergiste) Louis Mary (Aubergiste) Jean-Marie Monnier (Aubergiste) Jean-François Drouaud (Marchand à la Mare du bourg).

Dans les écarts, à part Joseph Sébile, marchand de moutons au village du Landreau, les autres commerçants, au nombre de 4, se situent le long de l’axe Nantes-Rennes : Marie Robin (Marchande au Moulin de Bohallard) Alexandre Lefeuvre (commerçant au Moulin de Bohallard) François Judalet (aubergiste au Bouillon-Jaune) Julien Lévesque (aubergiste à la Alcidais).

Sur les 38 artisans-ouvriers chefs de ménage, 11 sont au bourg : 1 cerclier (Pierre Robert) 1 maréchal (Pierre cossard) 1 cordonnier (Julien Mary) 1 menuisier (Jean-Marie Deluen) 2 Charpentiers (Pierre Thiaud et François-Marie Thiaud) 2 sabotiers (Pierre Etienne et François Gérard) 2 tailleurs (Jean Segretin et Marie Guiheneuf (femme Baudouin) 1 lingère (Rose Robert)

Les 27 autres sont situés dans les écarts : 9 Tisserands : Jean Mary (Le Sauzais) François Bricaud(Le Moulin-Eve) Jean-Marie Sauteau(La Rinais) Pierre Théodore Mary (Le Petit-Fauvet) Marie Simon (veuve Guinel)(La Couassière) Jean-Ferdinand Mary(La couassière) Jean Josse (La Drugeonnais) François Guinel(La Mélatais) Alexis Tessier (La Moulinière). 1cerclier : Marc Lodého(Moulin-Eve) 2 charpentiers Toussaint Vicet (Le Moulin-Eve) Jean Fraboul(La Couassière) 1 cordonnier : Gilles Provost(La Rinais) 3 couvreurs : René Letourny (Châtellier) Pierre Grimaud (La Bourdinière) François Letord (Moulin de Bohallard) 1 serger : Jean Joubert (le châtellier) 4 meuniers : Jean Pinel (Le Moulin de bohallard) Alexis Leroux (La Rouaudière) Julien Josse (Le moulin-Neuf) Jacques Robert (Le Moulin-Neuf) 1 forgeron : Guinel François (Moulin de Bohallard) 5 maçons : Julien Saffré (la Couassière) Pierre Brard (Malescot) Jacques Josse (La Ménerais) Julien Sébile (Le Landreau) Auguste Tessier (Hôtel-Ferrant)

 

PUCEUL : Population en 1911 (source :Listes nominatives RGP) Les Professions non agricoles Population communale : 239 ménages et 1000 habitants

Le recensement de 1911 dénombre pour la commune de Puceul (sans la succursale de La Chevallerais) 239 ménages pour un total de 1000 habitants.

Le total est sensiblement identique à celui de 1876 ( 234 ménages et 1000 habitants) mais la composition n’est plus la même.

Le bourg continue sa progression et possède 56 ménages pour un total de 204 habitants (contre 42 ménages et 177 habitants en 1876).

Les métiers liés à l’agriculture sont toujours la majorité des chefs de ménages avec 130 agriculteurs-patrons (Les chefs d’exploitation représentent donc 54,4% du total) et 25 journaliers (10,5%)

Les travailleurs liés directement à l’agriculture sont donc 155 (près de 65% du nombre des chefs de ménage).

C’est moins qu’en 1876, mais l’on constate parallèlement une progression de la catégorie « sans profession » qui regroupe 34 chefs de ménage (soit 14,2% du total).

Le nombre des artisans a sérieusement chuté, ils ne sont plus que 22 (9,2%) contre 38 en 1876 (16,2%).

Le début de l’ »agricolisation » des campagnes pour la commune de Puceul a commencé avec une concentration accrue des artisans au bourg

(9 artisans au bourg et 22 dans les écarts contre un rapport de 11/38 pour 1876).

Mais on doit quand-même nuancer le propos avec l’arrivée d’une nouvelle catégorie : les chefs de ménage « ouvriers »

(5 au total pour 2,1% de l’ensemble des chefs de ménage).

Au total, la proportion d’artisans-ouvriers s’élève à 11,3% (on verra plus tard qu’elle est en fait plus élevée).

Concernant les « commerçants » chefs de ménage, ils sont maintenant 7 au bourg et 3 dans les écarts.

La concentration des commerces dans le bourg s’affirme

(le rapport était de 6/5 en 1876).

Mais le nombre total des chefs de ménage « commerçants » apparaît en baisse.

Dans le bourg les chefs de ménage « commerçants » sont au nombre de sept :

Hauray Louis (commerçant) (sa femme étant elle-même épicière) Théophile Bricaud (Marchand de bestiaux) Jean Bonneau (débitant) Julienne Chevalier (Veuve Pasgrimaud) (Débitante Tabac) Jeanne Mary (Veuve Josse) (épicière) Jean Alix (Marchand de beurre) Jean Cossard (Marchand de veaux) (sa femme étant épicière)

Mais le nombre réel de commerçants, n’est pas en baisse car on doit ajouter les commerçants qui ne sont pas chefs de ménage et notamment, les deux femmes de commerçants, également épicières :

Mais aussi dans le bourg :

Une autre épicière, la femme de Jean Etienne (cultivateur-journalier chez le curé Eugène Chauveau)

Une débitante : la fille de Jean-Marie Caharel dont la profession de patron est indéterminée.

Une épicière : la femme de François Mahé (cultivateur-patron).

Un marchand de bois, le frère de Monnier Jeanne (Sans Profession)

C’est donc six commerçants non chefs de ménage qu’il faudrait ajouter au sept du bourg déjà mentionnés.  Dans les écarts :

Victor Chainais est boucher à la Drugeonnais Charles Poirel est marchand de Poisson au Champ-Battu. Jean Chevalier est marchand de Bœufs au Châtelier.

Comme pour les commerçants la chute de l’effectif des artisansn’est pas aussi prononcée qu’elle en l’air. (38 en 1876 et 22 en 1911).

Car aux 22 artisans recensés comme chefs de ménage on doit ajouter 3 artisans non chefs de ménage :

Un patron-Tisserand à la Mare du bourg, fils de Marie Etrillard (sans profession). Une patronne tailleuse au Moulin de Bohallard, fille de Jean Maurice (Cultivateur-Patron). Une autre patronne tailleuse à la Mélatais, fille de Jean-Baptiste Mainguet (cultivateur-patron).

Au bourg les chefs de ménage « Artisans » sont au nombre de dix : Cordonnier (Frédéric Tourillon) Charron (Jean Belleau). Tisserands Patrons (Jean Fraboul et Pierre Soleau) Tailleur d’habit (Jean-Marie Segretin) Sabotier (Julien Daniel) Menuisier (Léon Judalet) Charpentier (Pierre Danias) Forgeron (Jean Tessier) Lingère (Rose Robert)

Dans les écarts les chefs de ménage « artisans » sont douze : Champ-Battu Patron chaudronnier Georges Baron Champ-Battu (Lande du ) Tisserand Jean Olivon Chartrais : Patron-Tourneur (Pierre Tessier), Couvreur (Pierre Grimaud) Landreau : Patron maçon Pierre Sébile Malescot : 2 Patrons-Maçons (Jean et Pierre Brard) Malescot : Patron-couvreur (Jean Briant). Moulin de Bohallard Patron forgeron Charles Guinel Moulin-neuf Patron Meunier Jean Josse Moulinière Patron Tisserand Alexandre Tessier Rinais Tisserand Louis Mainguet

En 1911, pour donner la part des professions non agricoles on doit ajouter une nouvelle catégorie par rapport à 1876, celle des ouvriers.

Ils sont seulement 5 chefs de ménage à être également ouvriers mais beaucoup plus parmi les non-chefs de ménage (8 au bourg et 6 dans les écarts). : 1 tailleuse (fille de Jean Fraboul (Tisserand)). 1 ouvrier cordonnier (Jean Josse) chez Tourillon Frédéric 1 neveu menuisier de Veuve Bourgeois Ss Prof° (J Bouteiller) 1 ouvrier sabotier  (Nicolas Alexandre) chez Daniel Julien. 1 neveu Tailleur (P Josse) chez JM Segretin (Tailleur d’habit) 1 fils Tailleur d’habit (JM Segretin) de Mary Julienne (Ss Profession) 1 ouvrier menuisier (Etienne Danias) chez Judalet Léon 1 ouvrier forgeron (Julien Provost) chez Jean Tessier à La Mare du bourg : 1 ouvrier tisserand (Jean Aillerie) chez le fils Tisserand de Marie Etrillard (Sans Profession). À La Rinais : 1 fille tailleuse de Mainguet Louis (Tisserand) (chez Mainguet Jean-Baptiste) au Bouillon-Jaune: fille tailleuse de Clément Robin (Cultiv.Patron) Au Landreau : 2 fils maçons chez Pierre Sébile. Au Moulin-Neuf : un ouvrier meunier chez Jean Josse (Meunier)

Avec les cinq ouvriers Chefs de Ménage cela fait 19 ouvriers : Pierre Thiaud (Binetières) mécanicien chez Hairault à Nozay. Clair Mary (La Couassière) sabotier chez Daniel Julien Julien Ablin et Pierre Douet (La Rinais) carriers (minerai.de fer) J.Louis Lévesque (Rinais) journalier carrier chez divers patrons.

On obtient avec le total des artisans (22+3) et les 19 ouvriers (5+14), un ensemble de 44 personnes dans les métiers de l’artisanat (mais qui ne sont pas tous des chefs de ménage).

 

PUCEUL : Population en 1931 Population communale : 228 ménages et 789 habitants Le bourg : 61 ménages et 176 habitants Artisans, Ouvriers et Commerçants

Lors du recensement de 1931, la commune de Puceul (sans la succursale de la Chevallerais) comptait 228 ménages pour un total de 789 habitants.

La saignée de la guerre 14-18 a produit ses effets, 11 ménages en moins par rapport à 1911 et surtout une baisse de 211 habitants.

Le bourg continue sa progression en nombre des ménages (celui-ci passe de 56 en 1911 à 61 en 1931), mais en fait le nombre d’habitants dans le bourg diminue de 204 habitants à 176.

Les métiers liés à l’agriculture sont encore, et même davantage, on va le voir, majoritaires en nombre de chefs de ménage avec 54 propriétaires exploitants, 52 fermiers, et 13 métayers (soit 52,2% du nombre de chefs d’exploitation comme chefs d’exploitation), 2 cultivateurs (non patrons) et 27 journaliers (11,8% du total).

Les chefs de ménage dont le travail est directement lié à l’agriculture représentent 148 personnes, soit près de 70% du total des chefs de ménage.

Cette catégorie est en hausse de 5% par rapport à la situation de 1911 et cela malgré la présence toujours importante (14,9% du total des chefs de ménage) de la catégorie des sans professions (34 au total).

Le nombre des artisans chute lourdement de 22 à 13 et celui des ouvriers Augmente légèrement de 5 à 7 pour ce qui concerne les chefs de ménage.

A noter que l’on ne sait pas si le nombre des ouvriers non chefs de ménage qui s’élevait à 14 dans le recensement de 1911 a beaucoup baissé. Les artisans ne représentent plus que 5,7% des chefs de ménage et les ouvriers 3%.

Le repli de la population locale vers les métiers agricoles est bien là, les personnes exerçant un autre métier sont parties vers les villes (Nantes et St Nazaire particulièrement).

L’exode rural s’accompagne d’une « agricolisation » des campagnes.

Le bourg de Puceul accroît son emprise sur les campagnes environnantes et cela se voit dans la part accrue du nombre d’artisans et de commerçants résidant au bourg par rapport au reste de la commune.

8 artisans sur 13 sont au bourg (ils étaient 9 sur 22 en 1911) et 12 commerçants sur 14 résident également au bourg (Ils étaient 7 sur 10 en 1911).

Le nombre total de chefs de ménage « commerçants » est en Hausse, il s’élève à 14 et représente 5,7% de l’ensemble des chefs de ménage (contre 10 en 1911 et 4,2% de l’ensemble des chefs de ménage).

Dans le bourg les commerçants sont douze : Marie Tessier (débitante) Jean-Marie Cossard (Marchand de Veaux) Louis Garaud (commerçant) Marie-Louise Cossard (épicière) Jean Alix (commerçant coquetier) Marie Pasgrimaud (cabaretière) Louise Mahé (épicière, cultivatrice, et couturière) Jean Lumineau (buraliste) Jeanne Deluen (dépôt de pain) Louis Sansoucy (cabaretier) Jean Bonneau (cabaretier) Jean-Baptiste Coquet (Marchand de beurre, œufs; épicier.

 

 

Dans les écarts, les commerçants ne sont plus que deux et concentrés à la Drugeonnais où Victor Chainais est marchand de veaux et Victor Josse marchand de porcs.

Compte-tenu du dépouillement particulier de 1931 qui ne donne plus la profession des personnes composant un ménage en dehors de celle du chef de ménage, il nous est difficile de comparer la situation de 1931 à celle de 1911 qui laissait apparaître un nombre important de commerçants non chefs de ménage.

Concernant les artisans, la chute de l’effectif est importante, ils ne sont plus que treize dans la commune de Puceul (sans la Chevallerais rappelons-le).

La grande majorité des artisans se situe au bourg où ils sont huit (ils étaient neuf en 1911) :

1 maréchal (Roland Tudy) 1 sabotier (Julien Daniel) 1 tisserand (Pierre Soleau) 1 charron (Jean Belleau) 1 couturière (Marie Etienne) 1 menuisier (Léon Judalet) 1 tailleur (Joseph Hamon) 1 peintre (Jean Praud)

Dans les écarts les artisans ne sont plus que cinq (contre 13 en 1911) :

1 maréchal (charles Guinel) au Moulin de Bohallard 1 sabotier (Clair Mary) à la Couassière 1 Tonnelier (Donatien Couroussé) au Moulin-Neuf 1 Tonnelier (Auguste Roger) à la Mélatais 1 Charron (Pierre Danias) à la bourdinière. 

En 1931 la catégorie des « ouvriers » comptabilise sept chefs de ménage, contre cinq en 1911 (Mais à cette époque, il y avait de nombreux ouvriers non chefs de ménage).

 

Avec la nouvelle grille de recensement, en 1931, la profession des non-chefs de ménage n’apparaît plus , d’où la difficulté de bien appréhender la situation réelle du nombre d’ouvriers.

Les sept ouvriers recensés en 1931 sont donc tous chefs de ménage.

Ils sont trois au bourg, en relation avec les artisans de la même corporation qui les emploient : Un ouvrier Charron (François Belleau) chez Jean Belleau. Un ouvrier Tailleur (Alexandre Mary) chez Joseph Hamon Un ouvrier sabotier (François Caba) chez Julien Daniel.

Dans les écarts, ils sont quatre : un Charron journalier (Jacque Simon) à la Bourdinière un couvreur journalier (Edouard Chéory) au Châtelier une ouvrière Chausson chez Demure à Nozay (Augustine Grimaud) au Châtelier. Un ouvrier chez Boivin à Blain (Maurice Fraslin) à la Rinais.

Au total si l’on comptabilise les chefs de ménage artisans (13) et ouvriers (7), on obtient 20 personnes (soit seulement 8,7% du total des chefs de ménage).

Ils étaient 22+5 (en 1911), soit 27 dans la même catégorie en 1911.

On assiste donc à une chute importante de cette catégorie de professions non agricoles, qui peut-être est encore plus importante si l’on tient compte de l’effectif total des ouvriers et artisans en 1911 (44) . Car cette nouvelle manière de recenser tient peut-être compte du fait qu’une personne possédant une profession constitue alors en 1931 un foyer ou ménage à part entière, cela n’était pas toujours le cas dans les recensements précédents.

La part des professions agricoles s’en trouve confortée.