Le séquoia de Puceul : sequoiadendron giganteum

Le séquoia de Puceul : sequoiadendron giganteum 1

Le Séquoia

Origine du nom :  on m'a appelé Wellingtonia en l'honneur de Wellington, vainqueur de Napoléon à Waterloo, mais finalement ma famille a pris le nom d’un indien nommé Sequoyah, métis de la tribu des Cherokees qui, au XIXe siècle, joua un rôle important dans la coopération entre les Cherokees et les Blancs. Il inventa aussi l’alphabet Cherokee.

Apparus sur terre il y a 200 millions d'années, les fossiles retrouvés à ce jour attestent que les séquoias se répandirent sur tous les continents et comptèrent jusqu'à une quarantaine d'espèces il y a 60 millions d'années. Le séquoia géant était encore présent très récemment en Europe et ne disparut de France qu'il y a 12 000 ans, éliminé par les grandes glaciations du quaternaire. Son aire naturelle se réduisit aussi en Amérique où il ne survécut qu'au sud de la Californie.

Les séquoias poussent naturellement sur la côte pacifique des USA, le Séquoia redwood près de la côte Pacifique de Californie et sud Oregon, le séquoia géant sur le versant ouest de la Sierra Nevada.

Ce dernier est originaire de Californie, dans une région située à 180 km de San Francisco. . A l’état naturel, les séquoias géants ne poussent que sur les versants ouest de la Sierra Nevada, dans des forêts de montagne.

Le séquoia géant croît donc, à l’état naturel en Californie, entre 1200 et 2400 m d’altitude, sur le versant Pacifique de la Sierra Nevada, caractérisé par des étés secs et des hivers neigeux. C’est un arbre de pleine lumière.

Les forêts reliques de séquoia géant furent abattues en masse aux USA et ce n'est qu'au début du XXe siècle que les Américains prirent conscience qu'il fallait les préserver. Ce fut la création des parcs nationaux qui protègent encore ces arbres exceptionnels.

 

Les séquoias géants les plus hauts mesurent plus de 90 mètres et la circonférence des plus gros dépassent 24 mètres.

Il se reconnaissent à leur tronc qui s'élargit à la base. Un sujet, aux États-Unis, a atteint une telle largeur (10 m), qu'on a creusé un (étroit) tunnel routier à travers sont tronc.

En France, le plus gros ne mesure (que) 4,2 m de diamètre et 13,3 m de circonférence à 1 m du sol. Il est à Chalus, Vienne.

 

Le séquoia géant détient le record de durée de vie (2.000 ans), de volume et de poids : le plus gros d'entre eux, baptisé Général Sherman, a une masse de 1 256 tonnes pour un volume de 1 480 m3. C’est un Sequoiadendron giganteum.

Il a 2 700 ans précisément et s'appelle Général Sherman, en hommage à William Tecumseh Sherman, célèbre militaire américain du XIXe.

L'arbre fut découvert en 1879 par le naturaliste Wolverton, et ses mensurations sont tout bonnement impressionnantes.

Avec 83 mètres de hauteur, 10 mètres de diamètre, 31 mètres de circonférence ! Et dire que ces mesures datent de 2003 !

Reproduction :

Ces arbres sont pyrophytes : leur reproduction est favorisée par les incendies qui réduisent le couvert forestier et provoquent l'ouverture de leurs cônes. Les graines peuvent ainsi s'échapper et les jeunes arbres recevoir toute la lumière dont ils ont besoin.

Le séquoia développe rapidement un pivot profond (racine verticale qui améliore la stabilité de l'arbre). Il devient impossible de le transplanter. On le plante par semis.

Introduction en Europe le Séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) a été introduit en Europe en 1853.

J D Matthew et William Lobb firent parvenir 2 graines de séquoias géants en Angleterre, en décembre 1853.

 

1850 – John M. Wooster grave ses initiales dans l’écorce d’un séquoia de Calaveras, devenu célèbre : « Hercule ».

1852 – Augustus T. Dowd, chasseur engagé pour l’approvisionnement en viande du personnel des mines d’or, découvre ce géant dans un peuplement de Calaveras.

De retour au camp il répand la nouvelle. Les journaux s’emparent de la découverte et la colportent. Des savants arrivent pour examiner cet arbre qui est baptisé « arbre de la découverte ». Un peu plus tard, il est abattu. La section du tronc au dessus de la souche est aplanie pour faire une piste de danse qui accueille 30 danseurs.

1853 – Le Dr Albert Kellogg, fondateur de l’Académie des Sciences de Californie a l’intention de le nommer Washingtonia gigantea en l’honneur de Georges Washington. Il attend l’arrivée d’un spécimen entier avant de publier ses travaux.

1853 – William Lobb, arrivé d’Angleterre en décembre, envoie des spécimens à John Lindley, professeur de botanique à l’Université de Londres. Ce dernier devance son collègue américain en le baptisant Wellingtonia gigantea en l’honneur du duc de Wellington qui battit Napoléon à la bataille de Waterloo en 1815. Ce nom ne fait pas l’unanimité. D’autres noms furent proposés dont Sequoia gigantea.

1939 – T. Buchholz, botaniste de l’Université de l’Illinois, lui donne le nom de Sequoiadendron giganteum

 

À cette époque, celle du second Empire, Nantes possède une activité économique florissante marquée par son commerce et son industrialisation. Les sociétés savantes connaissent une certaine effervescence, D’autres sociétés se créent au milieu du XlXème siècle, Société géographique commerciale, Société d’Histoire Naturelle…

La Société Nantaise d’Horticulture voit le jour dès 1828 et se montre particulièrement active. Dès sa création elle lance un appel à tous les armateurs, capitaines, chirurgiens, … et passagers de vaisseaux partant de Nantes pour le long cours. Elle les invite à rapporter des plantes des pays visités.

Lors de son exposition de 1855, place de la Bourse, Prosper Nerrière, horticulteur de la place Viarme présente un « Wellingtonia gigantea (Sequoia géant) » deux ans après la première introduction connue en Europe (Londres).

Ce sujet provenait-il d’Angleterre ? Etait-il issu d’une introduction non connue ? Pourquoi pas. C’est une hypothèse envisageable puisqu’en 1850 de nombreux Français ont émigré en Californie avec l’ouverture de mines d’or.

 

En 1864,en France,  le capitaine de Cornulier rapporte quelques graines à son ami le Général Marion de Beaulieu.

Là-bas, Il est le témoin d’un arbre abattu qui mesurait 413 pieds de long (130m) sur 103 pieds de circonférence à la base (30m).

« Les graines que je vous ai données ont été cueillies sur le sujet « Hercule » tombé depuis quelques mois. La forêt est située vers la source de la rivière San Antonio qui se jette dans le Calaveras, affluent du Rio Sacramento à 5 lieues du village de Murphy où sont les célèbres mines d’or ». Cette forêt est environ à 60 lieues à vol d’oiseau de San Francisco élevée dit-on de 1200m au dessus de la mer. La température y est assez chaude pendant l’été …. La neige tombe généralement de la mi-décembre à la mi-avril […]».

Un arbre des Parcs des maisons bourgeoises et des Châteaux de Loire-Atlantique.

Au XIXe siècle, l’arbre de provenance lointaine apporte une note d’exotisme dans les parcs des maisons bourgeoises de Loire-Atlantique. Nombre de parcs abritent des arbres remarquables.

On privilégiait notamment les essences « exotiques » près du bâtiment avec un arbre « phare » planté en isolé sur la pelouse.

Le séquoia géant y trouve une place de choix à partir de la seconde moitié du XIXe siècle.

Exemple du séquoia de la Fleuriaye, sur Carquefou, séquoia géant situé dans un vaste parc à côté d’un château, âgé aujourd’hui près de 150 ans.

À l’origine, graine, dans une forêt de montagne, sur la côte ouest des Etats-Unis, exportée vers la France, à bord d’un grand navire appartenant à un armateur nantais qui commerçait avec les colonies françaises.

Son propriétaire, un riche châtelain, l’a acheté à l’armateur dès son arrivée en Loire-Atlantique. Il possédait une vaste propriété à la campagne, à Carquefou, non loin de la Loire. Il souhaitait créer un parc, à la hauteur de son statut social, aménagé avec des arbres provenant du monde entier.

Le climat et le sol dans lequel il a été installé sont bien différents des conditions de vie en Amérique, mais finalement, l’arbre s’est fort bien adapté. Il a grandi très vite et aujourd’hui, fièrement dressé vers le ciel, il dépasse en taille tous les arbres européens, dominant ainsi le paysage.

Aujourd’hui, plusieurs sujets  en Loire-Atlantique sont classés parmi les arbres remarquables.

Les séquoias géants étaient plantés dans les parcs des riches châtelains.

Les premières graines de séquoia géant sont arrivées en France au début des années 1850. Seuls les riches propriétaires pouvaient les acheter car elles étaient très rares. Ils plantaient l’arbre dans leur parc, près du château, de manière à ce qu’il soit bien visible de tous. Le fait de posséder un arbre rare, provenant d’un pays lointain, était un signe de distinction et de richesse.

Certains châtelains réalisaient de véritables collections d’arbres exotiques ; ainsi pouvaient se côtoyer des arbres provenant de Chine, du Japon, des Etats-Unis ou encore d’Amérique du Sud.

La mise en scène du parc était particulièrement soignée, s’inspirant de tableaux de l’époque, et composait un paysage « idéal ».

Nombre de parcs, créés au 18ème et 19ème siècle., abritent aujourd’hui des arbres remarquables. On privilégiait les essences «exotiques» auprès du bâtiment. Exemples: Un arbre «phare» est planté en isolé sur la pelouse, pour devenir un événement.

C’est souvent un persistant (magnolia soulangiana, cèdre du Liban, séquoiadendron giganteum, chêne vert, pin parasol).

Une allée plantée amène à la demeure.

 

Le séquoia géant de Puceul.

Il se dresse dans le jardin de l’ancien presbytère, juste à côté de l’église qu’il domine de sa hauteur.

Il aurait été planté à la même époque que celui de Bohallard et que celui de la cure de Saffré (aujourd'hui abattu ). (Celui de Bohallard mesure 7,35 m de circonférence à un mètre du sol).

Le  séquoia du Presbytère de Puceul est l’un des plus gros sujets de Loire-Atlantique, mais pas le plus haut. Sa circonférence à un mètre du sol était de 6,30mètres, en 1990, elle est de 7,55m en 2014, sa hauteur est de 28 mètres. Ce séquoia a donc gagné 1,25 m de circonférence en 22 ans.

Comme c'est une espèce qui aime bien l'eau, il se plaît bien là à proximité du puits de l'ancien presbytère.

Comme dans plusieurs communes du département, le séquoia de Puceul se situe dans le jardin de l’ancien Presbytère.

Il est non seulement plus haut que l’église mais sa forme érigée, son port aristocratique et son feuillage vert toute l’année amplifient sa présence. Ce séquoia, l’un des plus gros de Loire Atlantique, ne peut toutefois pas dépasser les 150 ans car l’importation des premiers séquoias en Europe date du milieu du XIXème siècle.